Background Image
Previous Page  65 / 86 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 65 / 86 Next Page
Page Background

- 52 -

4. Risques de crédit

La décision, décrite au point 24 (Endettement net), de regrouper les banquiers habituels de PRAYON S.A. au

sein d’une syndication bancaire (« Facilities Agreement » de mars 2013, prolongé et élargi en septembre 2015)

est de nature à sécuriser et pérenniser le financement des activités et investissements du Groupe.

La mise en place, fin 2008, de programmes de factoring (détaillés en annexe 24) avec quatre d'entre eux avait

également contribué à renforcer les possibilités de financement du Groupe.

Les éventuels excédents de trésorerie sont placés auprès des mêmes banques sous forme de dépôts à court

terme en devise locale, occasionnellement dans une autre devise si ces fonds sont susceptibles d’être utilisés

dans le cadre d’une transaction commerciale dans les jours ou semaines qui suivent.

EUROCHEM, dans le cadre de son activité spécifique de société captive de réassurance, est amenée à

conserver d’importantes réserves de trésorerie. Celles-ci sont placées auprès d'autres sociétés du Groupe,

dans le cadre d'accords de cash pooling, ou font l'objet de dépôts bancaires à court terme.

Le risque-crédit sur la clientèle est, dans la plupart des sociétés du Groupe, couvert par une assurance-crédit.

Les ventes intra-OCDE des sociétés belges du Groupe, dont la maison-mère, PRAYON S.A., sont couvertes

dans le cadre d’une police « excess of loss » dont la franchise annuelle a été fixée à 500.000 euros et le

plafond d'indemnisation annuel à 3,5 millions d'euros. Les ventes hors OCDE sont quant à elles couvertes

dans le cadre d’une police d’assurance-crédit classique.

Les autres sociétés du Groupe font en général également appel à une assurance-crédit, de type « excess of

loss » ou classique. Si ce n’est pas le cas, en cas de doute sur la solidité financière de la contrepartie, la vente

est sécurisée par un paiement avant livraison, une lettre de crédit, une garantie bancaire émise en notre faveur

ou une autre forme de garantie.

Tout nouveau client potentiel doit, avant de pouvoir être livré, avoir fait l'objet d'une analyse de risque et s'être

vu attribuer des modalités de paiement et une ligne de crédit suffisante, soit par l'assureur-crédit externe, soit

par les analystes-crédit du Groupe, s'il s'agit d'une assurance de type "excess of loss". Dans ce dernier cas,

les dossiers sont revus au moins une fois par an.

Les deux plus gros clients du Groupe représentent respectivement 6 et 4 % du chiffre d'affaires 2015. Aucun

autre client ne dépasse les 3 %.

La sinistralité sur les créances commerciales est très faible (inférieure à 0,4 ‰ du chiffre d'affaires en moyenne

sur les 10 dernières années, avant indemnisation éventuelle par un assureur-crédit).

Pour la période allant du 1

er

janvier au 31 décembre 2015, le délai (moyenne pondérée) de paiement effectif

des clients est d'environ 65,5 jours, à comparer à un délai facturé de 63 jours, soit un retard moyen d’environ

2,5 jours. Les délais de paiement les plus élevés sont de 120 jours, sauf quelques rares exceptions.

La politique du Groupe en matière de gestion comptable des créances douteuses est par ailleurs explicitée en

annexe 19 (Créances Commerciales et autres actifs courants).