Background Image
Previous Page  60 / 86 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 60 / 86 Next Page
Page Background

- 47 -

24. I

NSTRUMENTS FINANCIERS ET GESTION DES RISQUES

La philosophie générale du groupe PRAYON est d’éviter les risques non nécessaires (aucune position spéculative)

et de limiter, lorsque cela est possible et souhaitable, les risques associés au cours normal des affaires. A cet

effet, des instruments financiers sont utilisés pour couvrir les risques.

1. Risques sur devises

Plusieurs sociétés du Groupe sont exposées, de par les opérations commerciales et/ou financières (prises de

participation dans d’autres sociétés, prêts et/ou emprunts … en devises) qu’elles effectuent, à des risques liés

aux fluctuations des cours des devises externes utilisées pour certaines de ces opérations par rapport à leur

devise comptable de référence.

L’essentiel de ces risques (et des instruments de couverture éventuels) est toutefois concentré sur la maison-

mère PRAYON S.A..

D’autre part, la consolidation comptable du groupe PRAYON s’effectuant en euros, des écarts de conversion

(positifs ou négatifs) peuvent également apparaître à ce niveau lors des différentes clôtures.

1.1. Opérations commerciales

Il s’agit essentiellement d’achats de matières premières, d’énergie, d’équipements, de services ou de

marchandises destinées à la revente, et de ventes de produits finis.

Les principales devises concernées sont le dollar américain (USD, position courte) et, dans une moindre

mesure, la livre britannique et le dollar canadien (GBP et CAD – position longue).

La règle générale est :

de déterminer régulièrement, et en tout cas une fois par trimestre, les montants nets (après

compensation des flux entrants et sortants) attendus pour les 12 mois suivants;

de couvrir, pour les devises pour lesquelles ces montants nets sont jugés significativement

importants, tout ou partie de ces soldes (de 50 à 100 % pour les trois mois à venir, de 0 à 50 % pour

les 9 mois suivants);

pour les devises où il y a, de façon habituelle, à la fois des créances et des dettes pour des montants

élevés de part et d’autre, de prendre en compte les délais de réalisation moyens (paiement) des unes

et des autres, car ils peuvent être significativement différents et donc induire, à montant égal, un

risque d’écart de conversion ou de différence de change qui ne se compense pas;

de procéder à des couvertures sous forme :

-

soit de rééquilibrage bilantaire (emprunts ou dépôts soit dans la devise concernée, soit dans la

devise de référence comptable avec mise en place d’un produit dérivé – CCIRS par exemple).