Background Image
Previous Page  26 / 88 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 26 / 88 Next Page
Page Background

- 13 -

Il n’y a pas d’immobilisations à durée de vie illimitée.

Les contrats de location pour lesquels le Groupe assume la quasi-totalité des risques et détient la quasi-totalité

des avantages inhérents à la propriété des actifs loués sont classés dans les contrats de location-financement.

Les immobilisations corporelles acquises sur la base de tels contrats sont comptabilisées au montant le plus

faible de leur juste valeur ou de la valeur actuelle des échéances minimales des loyers à l’entrée en vigueur

du contrat de location-financement, diminué de l’amortissement cumulé et des pertes de valeur. Elles figurent

à l’actif du bilan et sont amorties en accord avec les principes du Groupe en matière d’évaluation des

immobilisations corporelles. Les obligations correspondantes sont reprises en dettes financières.

Tous les paiements effectués dans le cadre de contrats de location-financement sont répartis entre les

remboursements de la dette et une charge financière de manière à obtenir un taux d’intérêt périodique constant

sur le solde restant dû au passif. La part des paiements correspondant aux intérêts est prise en charge dans

le compte de résultats sur la durée du contrat de location-financement.

Les coûts d’emprunt qui sont directement attribuables à l'acquisition, la construction ou la production d'un actif

qui nécessite une longue période de préparation avant de pouvoir être utilisé sont comptabilisés dans le coût

de l'actif éligible.

Les subsides sont portés en produits opérationnels au rythme de l’amortissement du bien subsidié.

g) Dépenses de recherche et développement

Les dépenses de recherche sont prises en charge lors de la période durant laquelle elles sont encourues.

Les dépenses de développement sont activées si et seulement si toutes les conditions définies ci-après sont

remplies :

le produit ou processus est clairement défini et les coûts liés à celui-ci sont à la fois mesurés de façon

fiable et identifiés séparément;

la faisabilité technique du produit est démontrée;

le produit ou processus sera commercialisé ou utilisé en interne;

les actifs seront générateurs d’avantages économiques futurs (il existe un marché potentiel pour le produit,

ou son utilité interne est démontrée);

les ressources techniques et financières adéquates et les autres ressources nécessaires à l’achèvement

du projet sont disponibles.

Les coûts de développement activés sont amortis selon la méthode linéaire et ce, sur leur durée d’utilité.

h) Dépréciation d’actifs

A chaque date de clôture, le Groupe revoit la valeur comptable du goodwill, des participations ainsi que des

immobilisations corporelles et incorporelles, afin d’apprécier s’il existe un indice montrant qu’un actif a pu

perdre de la valeur. Dans l’affirmative, la valeur recouvrable de l’actif est estimée, afin de déterminer l’étendue

de la dépréciation. La valeur recouvrable est la valeur la plus élevée du prix de vente net de l’actif ou de sa

valeur d’utilité. La valeur d’utilité est la valeur actualisée des flux de trésorerie futurs estimés, attendus de

l’utilisation d’un actif. La valeur recouvrable est calculée au niveau de l’unité génératrice de trésorerie auquel

l’actif appartient. S’il est estimé que la valeur recouvrable est inférieure à la valeur comptable, celle-ci est

ramenée à la valeur recouvrable. Cette perte de valeur est immédiatement comptabilisée en charges parmi les

éléments non-récurrents.