Background Image
Previous Page  63 / 88 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 63 / 88 Next Page
Page Background

- 50 -

-

soit de couverture de flux via des produits dérivés : ventes ou achats à terme, options sur devises,

swaps de devises … Dans ce cas de figure, et pour des raisons de simplification de gestion, la

couverture portera en général sur un seul montant mensuel, correspondant à tout ou partie

(couverture progressive par tranches) du flux net attendu pour le mois considéré.

Au 31.12.2016, des achats à terme (pour un total de 54,0 millions USD) avaient été souscrits,

dont 27,5 millions USD sur le premier trimestre de 2017, couvrant ainsi environ 75 % des besoins

anticipés pour cette période.

A la même date, des ventes à terme pour un montant total de 5,1 millions GBP avaient par ailleurs

été conclus, dont 2,3 millions sur le premier trimestre de 2017, couvrant environ 65 % des besoins

anticipés pour cette période. Des ventes à terme (1 mois) pour un total de

6 millions USD avaient par ailleurs été contractées à des fins de rééquilibrage bilantaire.

Les variations de juste valeur des instruments financiers dérivés liés à une opération du type

« couverture de flux de trésorerie » sont comptabilisées immédiatement dans les capitaux

propres, sauf si cette couverture ne peut être identifiée comme efficace, auquel cas elles sont

portées en compte de résultat financier.

1.2. Opérations financières

Il s’agit essentiellement de prises de participation dans des sociétés étrangères, de prêts ou emprunts à

d’autres sociétés du groupe (neutralisation totale ou partielle en consolidation), ou encore de dépôts ou

emprunts auprès d’établissements de crédits (en principe limités aux montants et devises nécessaires

pour l’exercice des activités commerciales, dans le cadre de couvertures telles que décrites en 1.1.).

Les prises de participation ne font en principe pas l’objet de couvertures. La devise n’est en effet

qu’un des aspects de l’évolution de leur valeur; de plus, la mise en place de couvertures sur de larges

périodes (les participations détenues au sein du Groupe PRAYON étant en règle générale appelées

à rester en place jusqu’à une échéance indéterminée mais sûrement très lointaine) est parfois

techniquement difficile et/ou très coûteuse (différentiel d’intérêt) sur certaines devises.

Une seule exception à ce principe était à signaler pour le groupe PRAYON : la participation en USD

détenue par PRAYON S.A. et EUROCHEM S.A. dans PRAYON Inc. (respectivement 75 % et 25 %),

pour laquelle le risque sur l'évolution de la parité USD/EUR a, jusqu'au 01.01.2006, été couvert, au

niveau consolidé, par des emprunts (LT et CT) souscrits par le Centre de Coordination PRAYON

SERVICES ET FINANCE S.A. (PSF) auprès d'établissements de crédit et maintenus à un cours

proche du cours historique moyen des apports en capital.

Eu égard à l'évolution des cash flows de la filiale, cette exception a pu être levée. Le résultat de la

réévaluation de la partie efficace de cette couverture (figé à 3,2 millions d'euros depuis qu'il y a été

mis fin, début 2006) a été enregistré directement dans les fonds propres consolidés au niveau du

poste "écarts de conversion".

Les dépôts, avoirs, avances ou découverts en devises sont évités ou maintenus à un niveau minimum

correspondant à une gestion normale des flux opérationnels des diverses sociétés du groupe.

Les prêts et emprunts en devises sont évités, sauf s’ils font eux-mêmes partie d’une stratégie de

couverture des opérations commerciales des diverses sociétés du groupe.